A propos de mon livre
Si vous avez apprécié le site, vous devriez apprécier mon livre :
Rennes le château, une affaire paradoxale

 
ACCUEIL


 


 
Infos

La vie du site

Après 4 ans de mise en sommeil, le site reprend son activité :

- mises à jour,

- corrections,

- diversification

En espérant que vous y trouverez toujours de nouveaux éléments pour satisfaire à votre curiosité.

Octonovo




Dernière mise à jour
le 30 janvier 2010


L'Histoire
 

LES SECTES A RENNES LE CHATEAU

 

Comme les autres lieux incarnant un mystère tels Stonehenge, l’Ile de Pâques ou Brocéliande..., l’affaire de Rennes le château attire de nombreuses personnes originales voire même farfelues, parmi lesquelles se comptent de nombreux adeptes de sectes.

Sans être d’une ampleur exceptionnelle, le phénomène n’en demeure pas moins important et il serait étonnant que vous puissiez mener une recherche approfondie à Rennes le château sans croiser un adepte voire un véritable gourou.

La meilleure façon de lutter contre la dérive sectaire étant l’information et comme vous n’êtes peut être pas un « initié », je vous propose un petit panorama des principales « associations », « ordres » ou « sociétés » qui essaient d’oeuvrer à Rennes le château.

 


GENERALITES

Le mot secte est devenu un mot puissamment péjoratif et le grand public craint ces groupements occultes. Le mot secte évoque un anéantissement progressif des libertés individuelles, des manoeuvres de manipulation de personnes qui peuvent avoir des répercussions sur leur équilibre mental, leurs finances, leur vie affective ou familiale jusqu’aux massacres de Guyana et de Waco, ou celui des membres de l’Ordre du Temple Solaire.

Néanmoins, le phénomène sectaire se porte bien car il en va de principes fondamentaux au sein d’une société démocratique : liberté de pensée et de foi, liberté d’association, liberté de circulation. D’autres part, un grand nombre de ces associations n’ont pas atteint l’importance de celle des Témoins de Jéhova ou de la Scientologie et passent proprement inaperçues des pouvoirs publics en temps ordinaire.

Si l’on peut considérer l’essor de ces groupements comme une multiplication des excroissances normales d’un système démocratique, les Pouvoirs Publics français ont décidé de réagir par deux moyens complémentaires : une large information destinée au grand public, c’est le volet préventif, et la mise en oeuvre de contrôles fiscaux, volet plus coercitif. La commission parlementaire du 22 décembre 1995 a émis un rapport (n° 2468) accessible à tous qui dresse la liste des groupements présentant un caractère nettement sectaire à l’époque.

Si l’on est désormais prévenu contre le phénomène, il demeure abstrait et d’une portée générale, or, à la faveur des contacts que l’on peut nouer à Rennes le château, la question se pose généralement en termes très humains.

Tout d’abord, il est rare que l’on se présente à vous comme étant le représentant d’une secte. Généralement, on préfère des termes plus flatteurs comme « société secrète », ou plus innocents comme « association d’étude » ou tout simplement « association en loi 1901 » comme n’importe quel club de pétanque : Comme ailleurs, ces groupements avancent généralement masqués.

Ensuite, vous aurez généralement affaire à une ou plusieurs personnes sympathiques, dont les recherches croisent plus ou moins les votre et dont la sincérité est souvent confondante et touchante. (ils sont adeptes, ne l’oubliez pas. Ils sont victimes, ne l’oubliez pas non plus.).. Leur argumentation peut souvent sembler extrêmement convaincante et présenter toutes les apparences du plus grand sérieux. Tout cela est normal, ces associations cherchent d’abord à vous convaincre de l’aide qu’elles peuvent vous apporter. L’adhésion se fera alors naturellement.

 


LES ROSE-CROIX

Se rattachant d’une manière tout à fait fantaisiste à l’ancienne fraternité des Rose-croix, un certain nombre de sectes entendent vous initier aux «arcanes secrets de la Nature ».

Ils voient dans l’affaire de Rennes le château un haut lieu mystique et tellurique, le tout souvent mêlé d’alchimie. La décoration de l’église, entre autre les roses et les croix (pourtant un vieux symbole chrétien qui n’a rien d’étonnant dans une église et qui n’est en rien spécifique) signe pour eux l’appartenance de Bérenger SAUNIERE à « l’Ordre ».

Gérard de SEDE avait intitulé l’un de ses livres consacrés à Rennes le château : Signé Rose-Croix.

Bref, ils sont convaincus d’être chez eux à Rennes le château !

 

  • L’Ancien et Mystique Ordre de la Rose Croix (AMORC)

Sans conteste la plus importante organisation se réclamant de la Rose-Croix, bien que les éléments de sa filiation soient parmi les plus douteux. L’AMORC n’a pas été classée secte par le rapport parlementaire français, qui a préféré ignorer les mouvements ésotériques lors de son étude.

On reproche néanmoins à l’AMORC, entre autres, le népotisme de la famille BERNARD (Grands maîtres et Impérator de père en fils), leurs relations avec une certaine droite barbouzarde et africaine (ils ont beaucoup d’adeptes en Afrique noire), le manque de démocratie dans le fonctionnement de l’Ordre, leurs affaires d’argent et leur influence sur une myriade de petites sociétés plus ou moins secrètes et franchement sectaires dont le tristement célèbre Ordre du Temple Solaire.

Dans les années 1980, on croisait régulièrement des membres de l’AMORC à Rennes le château qui n’hésitaient pas à vous faire-part de leur appartenance. Généralement, ils présentaient leur ordre comme un vague cousin de la franc maçonnerie, en beaucoup mieux il allait sans dire. Il faut préciser aussi qu’a cette époque, à tort ou à raison, la réputation de l’AMORC était bien meilleure qu’aujourd’hui et que de nombreuses personnes ont pu être abusées de bonne foi.

Mais depuis les années 1990, avec la révélation d’un certain nombre de scandales, la dérive sectaire est apparue beaucoup plus évidente. L’AMORC doit faire face à une véritable hémorragie de membres et ceux qui en sont encore évitent maintenant de le crier sur les toits.

On en croise pourtant toujours à Rennes le château, généralement là au titre de leur curiosité personnelle, éventuellement au service de la votre.

Je rappellerais qu’il n’a jamais été établi que M. GISCARD (le fabricant des statues de l’abbé SAUNIERE) ait été membre de la Rose-Croix Catholique de Toulouse, ni que ce cénacle restreint n’ait jamais transmis aucun pouvoir au créateur le l’AMORC, M. SPENCER LEWIS.

A leur sujet, je rapporterai cette phrase d’un ancien adepte : « j’en ai plus appris en lisant 10 livres qu’en 20 ans d’enseignement chez eux ». Je vous rappelle qu’il y a une excellente librairie ésotérique au village...

 


  • L’Alliance Rose-Croix (ARC)

Classée secte dans le rapport parlementaire, et sans vraiment d’hésitation, puisqu’elle à été créée par Michel TABACHNICK, seul grand maître survivant de l’Ordre du Temple Solaire, juste avant le premier suicide collectif de 1994.

L’ARC se fait aussi appeler Association de Recherche Culturelle, je le dis pour souligner le caractère changeant, trompeur et abusif des différentes appellations que peut prendre une secte. Ils sont apparemment absents de Rennes le château.

 


  • Divers

D’autres sectes se réclamant d’une filiation Rose croix et listées par le rapport parlementaire sont aussi sporadiquement présentes à Rennes le château. On peut citer en particulier le Lectorium Rosicrucianum, aussi appelé Rose Croix d’Or.

 

TEMPLIERS A GOGO

Si certains cercles d’études symboliques ou historiques sont totalement au dessus de tout soupçon (c’est en particulier le cas du CERT, association d’études historiques, du plus grand sérieux), d’autres groupements présentent un caractère franchement douteux.

Si vous n’avez jamais croisé un templier en grande tenue, vous n’avez jamais rencontré de crédulité véritable tant ce type de mouvements est souvent la parfaite illustration de la foire aux vanités.

Les sectes néo-templières relèvent le plus souvent des mouvements catholiques ultra organisés en milices paramilitaires très bien équipées et franchement inquiétantes. Le tout forme un magma opaque et interconnecté en continuel changement qui en rend quasiment impossible une étude sérieuse.

On leur reproche en général, outre des filiations historiques imaginaires avec l’ordre authentique disparu en 1307, de réels talents pour abuser du désir de reconnaissance de ses membres à travers des titres pompeux et imaginaires, des médailles de pacotille et des tenues grand guignolesque chamarrées généralement accompagnée d’une croix du temple, le tout à des prix souvent injustifiés (très injustifiés, j’insiste !). On reproche aussi à certains des activités politiques musclées de type anticommuniste primaire et parfois dorénavant anti-islamique.

Ces mouvements ont pour certains une véritable passion pour Rennes le château et l’affaire de Gisors.

 

  • L’Ordre du Temple solaire (OTS)

Bien que n’existant plus, l’OTS est un parfait exemple de ce qui peut se passer sous le nez de tout le monde à Rennes le château, sans que personne n’y voit rien.

Après le premier massacre en 1994, un reportage télévisé montre une cassette de propagande interne à l’Ordre où l’on voit Luc JOURET et Jo Di MEMBRO poser souriants... devant la tour Magdala. La stupéfaction au village est totale et la consternation générale. Comme me le confiait un habitant : « Ici, on voit tellement de farfelus et de bizarres qu’on ne fait plus attention à force. C’est seulement quand on raconte tout ça à des gens qui ne connaissent pas Rennes et qu’on voit leurs yeux s’arrondir comme si, en fait, nous étions les fous de l’histoire, qu’on se dit qu’on aurait du faire quelque chose depuis longtemps. Mais quoi ? ».

Jo Di MEMBRO était devenu familier de Durban, village distant de quelques kilomètres de Rennes le château où il semble qu’il avait plusieurs adeptes dont certains sont encore des familiers de « l’Affaire » de Rennes le château.

L’expert révoqué (1) lors du premier procès, Jean Luc CHAUMEIL, est un écrivain contesté à Rennes le château et un ex membre du Prieuré de Sion (voir plus loin).

Aux origines de l’OTS, il y avait des ordres comme l’Ordre Souverain du Temple Solaire et l’Ordre Rénové du Temple, eux aussi familiers de Rennes le château. Ces ordres n’existent officiellement plus, mais les interconnexions entre ces sectes et les adhésions multiples ne permettent pas d’affirmer que l’esprit qui présida à leurs menées a totalement disparu.

(1) A ce sujet, voir http://www.politiquedevie.net/Justice/PlainteCPCTGINanterre0704.htm et http://www.unadfi.com/actualite/themes/archive_theme/arots.htm

 


  • L’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem (OSMTJ)

L’OSMTJ est un autre exemple de la complexité de ces organisations et de leur capacité de nuisance. Responsable de la tuerie d’Auriol qui vit un gendarme et sa famille se faire massacrer, l’Ordre fut interdit par décret au Journal Officiel en 1981 en même temps que le Service d’Action Civique (le SAC) avec qui il avait des liens étroits par l’intermédiaire d’un certain Charlie LASCORZ.

Le rapport d’enquête belge sur les sectes a récemment mis en évidence qu’ils avaient été instrumentalisés par la CIA dans le cadre de la mise en place des réseaux Gladio (réseaux anticommunistes à l’échelle européenne) et qu’ils avaient tenté d’infiltrer l’état major de l’OTAN par une politique de recrutement ciblée. D’autre part, on a aussi soupçonné un lien avec les tueurs fous du Brabant (quelques dizaines de victimes innocentes, mais il existe de très nombreuses autres pistes). Bref, de la haute spiritualité !

Néanmoins, l’OSMTJ continu à exister dans d’autres pays d’Europe où l’Ordre n’a pas été interdit et peut être en France, selon le rapport parlementaire d’enquête belge, sous le nom de Grand Prieuré National de France.

 


  • L’Ordo Supremus Templi Militari Hierosolymitani (OSMTH).

La grande classe ! L’OSMTH se présente comme une ONG à statut consultatif spécial auprès des Nations Unies. Elle détient un siège au Bureau International de la Paix, bureau qui reçut le prix Nobel de la paix en 1910 (1). Elle communique sur des séminaires de réconciliation entre musulmans et chrétiens qu’elle organise en Suisse. L’OSMTH compte un grand Prieuré (l’équivalent d’une filiale) pour l’OTAN !

Si vous vous dites qu’elle ressemble à une lettre près aux affreux du chapitre précédent et qu’il pourrait bien s’agir d’un faux nez, d’une reconstitution de mouvement dissous, vous vous trompez. De leur propre aveu, il s’agit de deux organisations bien différentes...« qui entretiennent simplement des liens fraternels »!

Le site allemand de l’Ordre donne Rennes le château comme siège de la grande commanderie pour la France. Ils ont acquis des biens immobiliers importants sur le territoire de la commune par l’intermédiaire d’une famille allemande fortunée et de l’aide pas forcément volontaire ni dûment éclairée du conseil municipal. Ils y organisent des réunions du plus haut folklore, avec costumes de fantaisie et grand tralala regroupant prêt de 100 membres dans les environs.

Leur présence y est de notoriété publique, soulignée par des autocollants genre témoins de Jéhova sur leurs voitures et une communication qui se veut rassurante.

Pour autant, l’OSMTH n’a pas été classée en tant que secte par le Rapport parlementaire français de 1995, mais... c’était l’année de leur création.

(1) Si vous voulez, vous aussi, que votre association de pêcheurs soit reconnue par l’ONU, on ne vous demandera pas grand chose, juste de payer de 75 à 550€ par an (et même pas d'être vraiment contre la guerre...). Cartes de crédit acceptées. Le statut consultatif « spécial » auprès de l’ONU est offert avec...
http://www.ipb.org/web/memberslist.php?tipus=Members-All.

 


  • L’Ordre des Veilleurs du Temple (OVDT)

Il y avait aux alentours de Rennes le château une équipe de chercheurs, impressionnante quant à ses réalisations, qui étaient pour la plupart des anciens de l’OVDT avec qui ils étaient apparemment en rupture.

Outre leurs nombreuses et incroyables réalisations souterraines, ils étaient surtout connus pour l’incroyable arsenal qu’ils avaient acquis, ce qui a fini par leur valoir quelques ennuis avec la gendarmerie.

Saisie d’armes chez des illuminés du Larzac in Le Figaro par Angélique Négroni


Les 15 et 16 août 2004, les gendarmes de Millau ont saisi un stock d’armes dans une association auto-baptisée « archéologique » : le Centre de recherche sémantique gimel. Une information judiciaire a été ouverte et un membre de l’association a été écroué.
Pour justifier la possession d’armes, les membres de cette structure ont argué non seulement une « peur d’être attaqués par les martiens mais aussi la recherche du trésor des Templiers et du Graal !

Une femme membre de l’association et à l’origine de cette affaire, dénonce des « méthodes manipulatoires...."

Cet arsenal est d’autant plus étonnant que ce groupe était notoirement pacifiste et que ses membres étaient tous végétariens. Je ne les cite ici que pour illustrer l’incroyable originalité que peuvent prendre certaines destinées confrontées au phénomène sectaire.

 

  • Divers

Les sectes templières sont extrêmement changeantes et aucun spécialiste ne s’aventure à en dresser un inventaire. Néanmoins, quelques « valeurs sures » méritent d’être citées en plus de ceux déjà cités : Le Mouvement du Graal en France (MGF), l’Ordo Templis Orientis (OTO), l’Ordre du Graal Ardent.

 

LE NEW AGE


Le New age est un mouvement qui a donné naissance à quelques unes des sectes les plus étonnantes au plan humain. Il est difficile d’y voir clair car souvent les adeptes professent des doctrines composites, et d’autres qui ne sont pas directement adeptes peuvent se reconnaître dans certains messages et s’en faire les apôtres.

Pour ces groupements, Rennes le château et sa région correspondent à une zone de « haute énergie », une espèce de géographie sacrée propre à réveiller des « énergies spirituelles ». Bérenger SAUNIERE, dont on s’étonne qu’il n’ait pas été végétarien (il était même chasseur !) et Henri BOUDET auraient été de ces hauts initiés, espèce de grands lamas blancs locaux aux pouvoirs forcément surnaturels et mystérieux. Bref, un initié genre maître Yoda, le sabre laser en moins (Cf - la guerre des étoiles).

J’ai personnellement rencontré à Rennes le château des adeptes de « la famille indigo » qui vous expliquent en substance que vos enfants sont trop géniaux pour vous, et qu’il vous faut suivre l’enseignement de la secte pour lui permettre de réaliser son plein épanouissement. Votre culpabilisation est garantie sur facture (salée la facture!)

Autres égarés dans le paysage castelrennais, mère MEERA et son alter ego, MAITREYA, genre de réincarnation bouddhique du Jésus des derniers temps. Les enseignements sont typiquement New age, associant de manière surprenante théosophie, christianisme, télépathie, bouddhisme, réincarnation, végétalisme, illuminisme, misogynie, yoga et pratiques superstitieuses diverses et originales

 


LES AUTRES

Nous abordons là le sujet de sectes qui n’ont pas atteint des sommets en terme de recrutement, mais qui se sont nourries de Rennes le château voire qui y sont nées. On peut presque considérer qu’elles sont spécifiques à l’affaire de Rennes le château, même si l’une d’elle a fini par acquérir une notoriété mondiale grâce au désormais fameux Da Vinci Code.

Les deux associations en question ne sont pas référencées dans le rapport de 1995, car, à l’époque, elles étaient probablement passées inaperçues.

 


  • Le Prieuré de Sion (PoS)

Après le succès du Da Vinci Code, il faut d’autant plus l’affirmer : Le Prieuré de Sion n’a aucune crédibilité, ni historique ni dynastique. Il s’agit d’une association de loi 1901 créée de toutes pièces en 1956 par quelques farfelus à l’humour proprement décapant et quelques escrocs mythomanes à l’équilibre psychologique précaire (voire incertain).

Pour parodier un slogan qui a du beaucoup plaire dans sa jeunesse à son inventeur, un dénommé Pierre PLANTARD dit « le grand fumiste » (1) : le Prieuré de Sion a menti, ment, et mentira encore.

Le destin de ses membres d’origine fût extrêmement varié, allant de la dénonciation des prétentions ridicules du « grand nautonnier » (Au risque d’en décevoir certains, Pierre PLANTARD n’est pas le dernier descendant du Christ... bien que la trame du roman de Dan BROWN vienne de là.) à des ruptures désopilantes source d’éclats surréalistes.

Jean Luc CHAUMEIL dont il est question plus haut pour sa conduite pour le moins critiquable lors du procès de l’OTS (le microcosme ésotérique est étrangement petit...), fût le secrétaire du PoS. Il écrivit des livres et des articles invraisemblablement truqués sur Rennes le château (comme tous ceux écrits ou documentés par des membres du PoS) avant de rompre avec éclat et de devenir un ennemi acharné de son ancienne cause.

Pour avoir rencontré personnellement la grande maîtresse (on ne dit pas nautonière ?) et le secrétaire actuel de cette association, j’avoue émettre les plus vives réserves sur la direction que peut prendre ce qui n’est finalement qu’un immense canular ésotérisant. Je suis particulièrement inquiet de la « publicité » que Dan BROWN a fait pour cette officine.

Enfin, il me faut signaler que, le succès littéraire aidant (Dan BROWN, mais aussi Henry LINCOLN, Gérard de SEDE, etc.), le Prieuré de Sion s’est multiplié ces dernières années en de multiples officines de façon tout à fait anarchique et imprévisible sans lien avec « l’originale » (dans tous les sens du terme).

Il existe un site anglais très bien renseigné sur cet étrange "ordre de chavalerie", le site de Paul SMITH sur lequel vous trouverez de très nombreux documents.

(1) Gérard de SEDE : Rennes le château, le dossier, les impostures, les phantasmes, les hypothèses - Robert LAFFONT 1988 page 127.

 

  • Jean d’ARGOUN et Issaha

Un cas d’espèce à lui tout seul : Jean d’Argoun (c’est son pseudo) et son nain de jardin !

Il est arrivé à Rennes le château par le truchement de livres particulièrement creux et hallucinés, inspirés de rosicrucianisme AMORC (voir plus haut) et de théories New age diverses (il s’est déjà trompé trois fois sur la date d’une l’apocalypse imminente). Il trimballe apparemment un nain de jardin dans le sac à dos qu’il emmène partout avec lui, ne me demandez pas pourquoi !

Il recrute certaines personnes dont l'équilibre psychologique m'a semblé franchement précaire. Sa méthode est essentiellement axée sur un discours lénifiant nourri de peu de faits mais de sentiments, de peu d’affirmations mais de beaucoup de sous entendus que chacun est libre d’interpréter selon son bon vouloir ce qui évite d’avoir à contrarier qui que ce soit.

Consensuel mais onéreux. Passée la première « impression » Jean d’ARGOUN s’est révélé particulièrement âpre au gain, en particulier lorsqu’il s’agit de vous faire escalader « la montagne sacrée » (le Bugarach ndlr) ou de vous vendre ses cassettes vidéos.

 

CONCLUSION

La meilleure parade contre les sectes, c’est clairement l’information. J’espère avoir fait ici oeuvre utile pour mon village préféré, mais pour encore plus de prévention, vous pouvez consulter les sites suivants :

Association d’aide aux victimes des sectes : l’UNADFI

Un site personnel qui lutte par l’information du grand public (très bien renseigné)

Le rapport parlementaire français sur les sectes
le rapport parlementaire français sur les sectes et l'argent et
autres ressources du Parlement Français

Le rapport parlementaire belge

Le rapport d’enquête suisse

 

Octonovo février 2005

A propos de Octonovo | Copinages | Lettre d'information | Droits

La liste de diffusion est effective depuis janvier 2002. Elle est déclarée à la CNIL et ne sera en aucun cas revendue, cédée pour exploitation etc...
- Copyright © 2003-2010, Octonovo.org - Tous droits réservés -