A propos de mon livre
Si vous avez apprécié le site, vous devriez apprécier mon livre :
Rennes le château, une affaire paradoxale

 
ACCUEIL


 


 
Infos

La vie du site

Après 4 ans de mise en sommeil, le site reprend son activité :

- mises à jour,

- corrections,

- diversification

En espérant que vous y trouverez toujours de nouveaux éléments pour satisfaire à votre curiosité.

Octonovo




Dernière mise à jour
le 30 janvier 2010



Bibliothèque
 

Article précédent

 

LA SEMAINE RELIGIEUSE DE CARCASSONNE

4 octobre 1885,

QUE VEUT LE PAYS ?

 

Le pays veut ceci; le pays dit cela; le pays s'étonne que..., le pays réclame !... » - Voilà ce qu'on entend dire tous les jours et répéter sur tous les tons en ces jours de période électorale.

Je confesse, pour être absolument sincère, et n'avoir rien sur la conscience, dit à ce sujet M. J. Simon, que j'ai entendu souvent crier: «Le cléricalisme, voilà l'ennemi !» D'abord, celui qui l'a crié le premier est passé grand homme pour cela; et une foule de députés, de politiques d'estaminet et de polissons des rues l'ont répété après lui avec quelque succès. Je reconnais aussi qu'il y a des gens en France, qui haïssent les Jésuites du fond de l'âme. Ils ont sans doute d'autres passions et d'autres haines; mais ils n'ont pas d'autre politique. Ces gens-là, dont l'existence est avérée, sont-ils le pays, comme on le prétend ? A-t-on le droit de dire que le pays veut tout laïciser, à cause de ces mangeurs de prêtres et de Jésuites ? Ce serait bien exagérer, citoyens; car enfin il reste bien en France quelques millions de catholiques, vingt-cinq millions au moins, en comptant les femmes. Et parmi ceux qui ne croient à aucune religion positive, je suis persuadé qu'il y a encore deux ou trois bons millions qui respectent la liberté des autres et la croyance des autres; qui même ne sont pas fâchés que les autres aient des croyances. Cette statistique ne peut être contestée. Et on nous dit : «Le pays veut ! Le pays a parlé ! »

Le pays n'a aucune des volontés, ni aucune des joies que vous lui attribuez. Ce n'est pas lui qui a voulu l'agitation religieuse. Si vous croyez que le pays est enchanté de voir ses représentants tout occupés de rogner le traitement des vicaires de paroisses, vous êtes dans la plus profonde erreur. Le pays s'en indigne, au contraire. Il ne comprend rien à vos cris, ni à vos fureurs, ni à vos désirs. Ou plutôt il comprend tout, et il n'en est que plus irrité et plus dégoûté.

Le pays cependant a bien une volonté, et la voici telle queM.Jules Simon l'expose :

Le pays veut qu'on renonce à toutes les balivernes, pour s'occuper enfin de ses affaires; voilà ce qu'il veut. Il ne veut pas qu'on le mène à confesse malgré lui; mais il n'entend pas qu'on l'empêche d'y aller, si cela lui plaît.

Son avis est qu'il doit être maître chez lui, maître de ses enfants pour les élever à sa mode, et non pas à celle de M. Paul Bert. Il vous prie instamment de vous occuper des gens qui ont faim, des ouvriers sans travail, des industries ruinées par la concurrence étrangère, et des agriculteurs dont le blé ne se vend plus. Il se plaint d'être trop gouverné et de n'être pas assez garanti contre. les voleurs, les assassins et les pillards. Il dit parfois que vous n'avez d'énergie que contre les honnêtes gens ...

 



A propos de Octonovo | Copinages | Lettre d'information | Droits

La liste de diffusion est effective depuis janvier 2002. Elle est déclarée à la CNIL et ne sera en aucun cas revendue, cédée pour exploitation etc...
- Copyright © 2003-2010, Octonovo.org - Tous droits réservés -